meta name="yandex-verification" content="0292335b6d29932d" />

Chango, l’homme fait Dieu, le Dieu à figure humaine

Image

Chango tient une place très importante dans le panthéon des Orishas. Dieu du tonnerre et des éclairs, il incarne la force et la séduction viriles. Il est également très fortement identifié à la guerre.

Chango a également plein de défauts. Il est glouton, coureur de jupons, viveur, parfois malhonnête, mais surtout impulsif, coléreux et violent. Il a, en conséquence de ses méfaits, beaucoup d’ennemis, qu’il doit souvent affronter seul. D’où d’assez fréquentes défaites qui l’obligent alors à la fuite.

Pourquoi un être aux qualités morales aussi contestables a-t-il été érigé au rang de divinité majeure par les afro-cubains ? Pourquoi, malgré ses nombreux défauts, possède-t-il un aussi grand pouvoir de séduction auprès des femmes ? Je chercherai, dans cet article, à répondre à ces deux questions.

Mon idée fondamentale est que Chango, comme sa Maîtresse Ochun, suscitent en nous l’empathie car ils nous rendent le monde plus vivable et plus familier, puisque ces Dieux finalement nous ressemblent, dans leurs grandeurs comme dans leurs défauts.

Mais le mythe de Chango nous décrit également un univers fondamentalement imparfait, constamment menacé par l’irruption de la violence et de l’injustice dont le Dieu, exprimant en cela son humaine imperfection, est capable. Et il en sera ainsi pour l’Eternité, car Chango restera toujours le même.

Pour consulter cet article, cliquez sur le lien suivant : Chango (pdf)

About Ahinama

Check Also

Santiago de Cuba : le géant endormi

Introduction et résumé

Pour les amoureux de la Salsa et les connaisseurs de Cuba, Santiago de Cuba représente un troublant paradoxe. 

Berceau du Son dont la Salsa est elle-même largement issue, cette ville constitue encore aujourd'hui un foyer exceptionnellement riche de talents artistiques, qui peuplent dans le monde entier les compagnies de danse et les orchestres de musique tropicale les plus prestigieux.

ImageEt pourtant cette éminente contribution à la culture caribéenne n'est pas toujours reconnue à sa juste valeur, la ville restant quelque peu en retrait sur la carte mondiale de la production salsera et timbera contemporaine. 

Ce paradoxe s'explique selon moi par trois raisons concomitantes : 

- Santiago a été historiquement victime d'un phénomène de phagocytose artistique par la Havane, dont la scène musicale a drainé les talents nationaux comme les visiteurs étrangers. La capitale cubaine s'est ainsi alimentée de l'énergie artistique de tout le pays (et tout particulièrement de l'Oriente) pour forger de nouveaux styles ensuite exportés vers le monde entier. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *