meta name="yandex-verification" content="0292335b6d29932d" />

Van Van : empezó la fiesta

Documentaire de Liliana Mazure et Aaron Vega, ICAIC, Cuba, 2000 (?), 80 minutes

ImageCe long-métrage sur le groupe mythique n’est en fait pas exactement un documentaire : c’est plutôt une plongée au cœur du quotidien des Van Van et du ressenti de chacun de ses principaux musiciens. Nous écoutons chacun d’entre eux nous parler de son expérience au sein de l’orchestre, nous assistons à leurs répétitions, et, bien sur, nous pouvons voir de larges extraits de leurs concerts, à Cuba, en Argentine ou même… à Miami.

 

Le jugement que l’on peut porter sur ce film est très différent selon que l’on est un « fan » inconditionnel ou un mélomane intello à la recherche d’information musicologiques précises.

La première catégorie trouvera largement matière dans ce film – malgré sa relative ancienneté – à alimenter sa passion pour Los Van Van : images de concert – y compris de rares documents d’archives datant du début des années 1970 – montrant l’atmosphère de fête et de communion que le groupe a toujours veillé à entretenir avec son public ; radio-trottoir mettant en lumière l’attachement porté par le peuple cubain à ce groupe ; scène de diners amicaux ou de répétitions ; longs interviews inédits, plein d’anecdotes intéressantes ou amusantes, de Mayito, Changito, Pedrito Calvo, Pupy Pedroso, el Nene, etc. Sans oublier Juan Formell, qui explique de manière très claire les innovations musicales introduites par Los Van Van depuis leur création en 1969 (par exemple, concernant la structure orchestrale, en modernisant la charanga traditionnelle par l’apport d’une batterie, d’un synthétiseur, de cuivres et d’une guitare électrique).

La valeur de ce documentaire est cependant gâchée par une tendance un peu trop marquée à privilégier l’adoration béate au détriment de l’analyse musicale. Que les Van Van soient un groupe de grande valeur composé de musiciens de talent, je le savais déjà, et je n’ai pas besoin qu’on me le rappelle. Par contre, j’aurais aimé en savoir davantage, de la bouche par exemple d’un musicologue indépendant, sur la nature exacte des innovations apportés par le groupe, sur sa place dans l’histoire de la musique cubaine moderne et surtout – point le moins abordé dans le documentaire – sur l’évolution de son style et de ses thématiques au cours de ses quarante années d’existence.

Il aurait été possible, au cours des 80 minutes que dure le film, de répondre, même de manière très concise, à ces questions. Au lieu de cela, les réalisateurs ont pris le risque de tomber dans une admiration sans recul qui finit par susciter un sentiment d’ennui, voire d’agacement. Heureusement qu’il y a la musique. Mais alors, autant assister simplement à un concert des Van Van

Fabrice Hatem

Pour visionner ce documentaire : http://www.youtube.com/watch?v=6s1uoH5mMqE

About Ahinama

Check Also

Veinte Años

Image Pour lire une traduction de ce texte, cliquez sur le lien suivant : Veinte.

Veinte años est une Habanera composée en 1935 par la célèbre chanteuse Maria-Teresa Vera (1895-1967) sur des paroles de Guillermina Aramburu. Interprétée depuis par de très nombreux chanteurs - en général sur un rythme de Boléro - elle a accédé au cours des quinze dernières années au statut de "hit" planétaire grâce à l'interprétation de Omara Portuondo dans le film Buena Vista Social Club.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *