meta name="yandex-verification" content="0292335b6d29932d" />

La rumba

Documentaire d’Oscar Valdés, Cuba, 1978, 20 minutes (extraits ?)

ImageJ’ai hésité à faire figurer ce documentaire – ou plutôt ces trois extraits dénichés sur internet – dans ma liste de films favoris sur la culture populaire cubaine. En effet, je ne suis pas sûr qu’il s’agisse de la version complète – ou, plus exactement, je suis presque certain que ce n’est pas le cas. Cependant, ces trois segments d’une durée totale de vingt minutes sont d’une telle qualité que je me suis finalement décidé à les intégrer dans ma sélection.

 

Qualité, d’abord des images de danse, qu’il s’agisse de groupes artistiques de premier plan (Conjunto folklorico nacional, Munequitos de Matanzas, Grupo Patakin, Columbia del Puerto de Cárdenas…) ou de simples afficionados filmés dans la cour de leur solar, dans la rue, dans une gare routière…

Qualité aussi des commentaires, enrichis par les témoignages d’artistes populaires, comme Saldiguera Machaco ou Florencio Calle, expliquant de manière très claire les origines de cette danse. Celle-ci, quoiqu’originellement surtout pratiquée par les Noirs dans les zones rurales et les périphéries urbaines pauvres, provient en fait d’un métissage complexe entre apports espagnols (Flamenco…) et africains (Yuka, danse de la fertilité des peuples Congos).

Les caractéristiques des différentes formes de rumba – Yambu, Guaguanco (danse de séduction et de possession sexuelle interprétée en couples), Colombia (parade guerrière interprétée par des danseurs solistes) sont également bien distinguées. Un passage est consacré aux Coros de guanguanco, groupes musicaux directement héritiers de traditions africaines.

Bref, il s’agit d’un documentaire très intéressant en l’état malgré de très probables mutilations, qui insiste sur le rôle central de la Rumba – la Rumba authentique s’entend, et non sa déformation de cabaret, commerciale et galvaudée, dixit le commentateuir – dans l’identité et la manière d’être des cubains.

Fabrice Hatem

Pour visionner des extraits de ce documentaire : http://www.youtube.com/watch?v=YDkIE6PG2Eg

About Ahinama

Check Also

Santiago de Cuba : le géant endormi

Introduction et résumé

Pour les amoureux de la Salsa et les connaisseurs de Cuba, Santiago de Cuba représente un troublant paradoxe. 

Berceau du Son dont la Salsa est elle-même largement issue, cette ville constitue encore aujourd'hui un foyer exceptionnellement riche de talents artistiques, qui peuplent dans le monde entier les compagnies de danse et les orchestres de musique tropicale les plus prestigieux.

ImageEt pourtant cette éminente contribution à la culture caribéenne n'est pas toujours reconnue à sa juste valeur, la ville restant quelque peu en retrait sur la carte mondiale de la production salsera et timbera contemporaine. 

Ce paradoxe s'explique selon moi par trois raisons concomitantes : 

- Santiago a été historiquement victime d'un phénomène de phagocytose artistique par la Havane, dont la scène musicale a drainé les talents nationaux comme les visiteurs étrangers. La capitale cubaine s'est ainsi alimentée de l'énergie artistique de tout le pays (et tout particulièrement de l'Oriente) pour forger de nouveaux styles ensuite exportés vers le monde entier. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *