La leyenda del Son – Trío Matamoros

Documentaire de Carlos Alberto Garcia Airado, Cuba, 24 minutes (accompagné d’un CD de 22 titres)

ImageCe documentaire vivant et instructif fait partie d’une collection de coffrets produit par l’Egrem sur l’histoire de la musique cubaine. Il retrace le parcours du fameux Trío Matamoros, créateur dans les années 1920 et 1930 du Son moderne, style musical issu de la synthèse de la Trova santiaguera et du Son rural venu des collines de l’Oriente cubain.

 

Le film s’appuie sur une riche palette de documents : des interviews de musicologues ; des enregistrements parfois inédits ; un matériel iconographiques abondant ; des images récentes illustrant l’actualité du Son dans le Cuba d’aujourd’hui ; enfin, des témoignages d’artistes contemporains, comme Adalberto Alvarez, mettant en lumière tout ce que la musique cubaine d’aujourd’hui doit à Miguel Matamoros. Ce matériau est bien mis en valeur par un montage rythmé, aux articulations intelligemment pensées.

Le DVD est complété par un précieux CD proposant une vingtaine d’enregistrements du Trio Matamoros.

Quelques réserves mineures peuvent être faites. Faute d’enregistrements filmés antérieurs aux années 1950, on ne voit jouer dans le documentaire qu’un Trío Matamoros déjà âgé. Mais le cinéaste n’y est sans doute pour rien. On peut aussi trouver la durée du documentaire un peu trop courte au regard de l’importance du sujet. Mais il s’agit là d’un compliment en creux, témoignant de l’intérêt suscité chez le spectateur par ce film passionnant.

Au total, ce documentaire m’a beaucoup appris, en me faisant par exemple comprendre le caractère profondément novateur de l’œuvre de Miguel Matamoros, à chacune de ses étapes : création du Son urbain à Santiago par le Trío Matamoros ; popularisation de ce genre musical dans les cabarets de La Havane ; incorporation d’influences nord-américaines, à travers notamment l’intégration de la trompette dans une nouvelle formation, le Septeto Matamoros ; mise en valeur de l’héritage musical de cet orchestre par ses anciens membres les plus talentueux, comme Benny Moré, qui ouvrira la voie vers le Latin Jazz puis la Salsa.

Un coffret très utile pour comprendre une étape essentielle de la musique cubaine tout en se distrayant !!!

Fabrice Hatem

Renseignements : www.egrem.com.cu

About Ahinama

Check Also

Un mini-lexique des cinéastes cubains

Image

Malgré la production de quelques longs métrages avant 1959, le cinéma cubain n'a pris véritablement son essor qu'au début des années 1960, avec la création de l'ICAIC (Institut Cubain d'Art de production cinématographique) par le régime castriste. Nous présentons ici une liste commentée des metteurs en scène les plus représentatifs de ces cinquante dernières années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *