meta name="yandex-verification" content="0292335b6d29932d" />

Lágrimas negras

Image Pour consulter une traduction de Lágrimas negras, cliquez sur les liens suivants : Courte (version courte) et longue (version longue).

Lágrimas negras est un boléro-son écrit en 1929 par Miguel Matamoros. Devenu un Standard de la musique cubaine, il figure au répertoire d’un très grand nombre d’artistes.

Le travail du traducteur est compliqué par le fait que la seconde partie de la chanson – où le refrain est répété à plusieurs reprises – donne habituellement lieu à des improvisations chantées. Il n’y a donc pour ainsi dire pas deux textes similaires dans toutes les chansons que j’ai écoutées.

Pour donner une idée de cette diversité d’interprétations tout en respectant le texte original de la chanson, j’ai décidé de diviser ma traduction en deux parties :

– La première traduction est basée sur une interprétation originale du Trio Matamoros lui-même, où les improvisations vocales de la seconde partie sont pratiquement inexistantes, les interprètes (qui dans ce cas sont dirigés par l’auteur lui-même) se contentant de répéter à plusieurs reprises le célèbre refrain, entrecoupé d’intermèdes instrumentaux.

– La seconde traduction est basée sur une interprétation beaucoup plus récente de Compay Segundo, où des couplets improvisés – parfois un peu répétitifs – sont systématiquement intercalés entre les reprises du refrain.

N’oublions pas également l’existence de très nombreuses autres interprétations, souvent magnifiques, parmi lesquelles je mentionnerai Celles de Celia Cruz, de la Vieja Trova Santiaguera (ou l’on retrouve Compay …Primo ), celle de José Feliciano (dans une coloration très “jazz manouche”) et celle d’Eliades Ochoa… et ce n’est qu’un tout petit échantillon.

Fabrice Hatem

About Ahinama

Check Also

Como Fue

Cómo fue

Ecrit en 1953 par Ernesto Duarte Brito, ce beau boléro romantique tint une place éminente dans le répertoire de Beny Moré et de son grand orchestre. Il ensuite été repris par de très nombreux interprètes, dont Chucho Valdés, Ibrahim Ferrer et José Feliciano.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *