meta name="yandex-verification" content="0292335b6d29932d" />

Ven Bernabé

ImagePour consulter une traduction de cette chanson, cliquez sur le lien suivant : ven.

Composée au cours des années 1950 par Santiago Ortega Gonzalez et Agustín Lara, cette chanson évoque les malheurs de la négritude.

Sa construction est a priori un peu déroutante, puisqu’elle se compose de deux parties très distinctes et à première vue sans lien : une première partie, écrite sur un rythme de Son, consacrée à la description assez vivante, presque gaie d’un personnage peu sociable, ce fameux Bernabé qui refuse de participer aux fêtes de ses amis et frères de couleur ; et une seconde partie, aux magnifiques tonalités de blues, évoquant les malheurs de la race noire. Peut-être faut-il comprendre que Bernabé ne veut pas faire la fête car sa tristesse devant cette infinie tragédie est trop forte ?

Ce thème a été popularisé à la fin des années 1950 par les interprétations de Celia Cruz, accompagnée par l’orchestre Sonora Matancera. Je vous propose de l’entendre dans un de ces versions, tout en lisant ma traduction.

Fabrice Hatem

 

About Ahinama

Check Also

Como Fue

Cómo fue

Ecrit en 1953 par Ernesto Duarte Brito, ce beau boléro romantique tint une place éminente dans le répertoire de Beny Moré et de son grand orchestre. Il ensuite été repris par de très nombreux interprètes, dont Chucho Valdés, Ibrahim Ferrer et José Feliciano.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *