Rome, Milan : une Italie polycentrique, bastion de la Salsa cubaine en Europe

ImageAlors que la Salsa était encore peu connue en Italie au début des années 1990, la Péninsule s’est ensuite imposée rapidement comme l’une de ses terres d’élection privilégiées en Europe – tout particulièrement en ce qui concerne la Salsa cubaine.  

Cet épanouissement rapide a été notamment alimenté par l’arrivée d’un grand nombre d’artistes caribéens – essentiellement des danseurs, mais aussi des musiciens (photo ci-contre, en blanc : le danseur cubain Mikael Fonts, Installé à Milan). 

ImageAujourd’hui, Rome et Milan figurent parmi les villes salseras les plus importantes d’Europe. Le nombre de lieux de danse dans la région milanaise, en particulier, est tout à fait impressionnant. Mais certaines villes de plus petite taille, comme Bologne ou Turin, sont également très actives.

Si cette position éminente de l’Italie est essentiellement due à une pratique intensive de la danse, on trouve également dans ce pays d’assez nombreux orchestres de musique latine, dont quelques-uns – comme la Maxima 79 – jouissent même d’un incontestable rayonnement international (photo ci – contre : la Maxima 79 en concert à Paris).

ImageD’une manière plus générale, la qualité des manifestations artistiques et culturelles associées en Italie à la Salsa – qu’il s’agisse de création musicale, de spectacles de danse, d’émission de radio, de festivals ou d’ouvrages de musicologie – montre, s’il en était besoin, que ce pays raffiné et inventif excelle à faire s’épanouir la beauté en toutes choses (photo ci-contre : un groupe de rueda italien).     

Pour consulter cet article, cliquez sur le lien suivant : Italie 

About Ahinama

Check Also

Afrique, Asie, Méditerranée, pays slaves : Mutations locales d’une Salsa globalisée

ImageLorsque l'on explore l'univers de la Salsa sur le Web, la plupart des liens conduisent vers deux  continents : principalement les Amériques, et en second lieu, l'Europe. Est-ce à dire que les musiques latines - y compris dans leur version contemporaine, la Salsa - se limiteraient à une relation transatlantique entre ces deux continents, avec en arrière-fond historique un mouvement séculaire d'Ida y Vuelta musical ? C'est bien sur oublier le phénomène de globalisation culturelle, qui, au cours de ces cinquante dernières années, a progressivement étendu le rayonnement des danses latines à l'ensemble de la planète (photo ci-contre : cours de Salsa dans la ville chinoise de Chouqing).

Cette mondialisation de la Salsa s'est cependant déroulée à travers des chronologies et des modalités différentes selon des régions. A la forte antériorité africaine s'oppose par exemple la pénétration beaucoup plus récente de la Salsa en Asie, tandis que l'intérêt largement répandu dans les pays slaves pour les danses latines contraste avec le caractère un peu « hors sol » de leur présence au Maghreb, limitée à une bourgeoisie occidentalisée. Je vous propose d'explorer dans ce chapitre la diversité des histoires et des pratiques salseras dans ces quatre régions du monde.
Image
En Afrique sub-saharienne, l'influence des rythmes caribéens s'est fait sentir très tôt au cours du XXème siècle, à travers un processus d'Ida y Vueltamusical comparable, mutatis mutandis, à celui, beaucoup plus ancien qui a relié l'Espagne au continent sud-américain depuis les débuts de la colonisation du Nouveau monde. Au Congo, au Cameroun, en Afrique de l'ouest, sont en effet apparus dès le milieu du XXème siècle des genres musicaux locaux en partie inspirés des rythmes cubains, comme la Rumba congolaise, le Massoka camerounais, et surtout, à partir des années 1980, la Salsa Mbalax sénégalaise (photo ci-contre : le chanteur congolais Papa Wemba). Juste retour des choses, puisque les musiques cubaines sont, comme on le sait, largement issues d'un processus de métissage entre  les folklores hispaniques et africains...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *