Danse

New York : Creuset de musiques et de danses urbaines

Pour consulter directement cet article, cliquez sur le lien suivant : New York C’est à New York qu’est née la Salsa à la fin des années 1960. Mais pourquoi dans cette ville plutôt que dans une autre ? Dans cet article, j’essaye d’expliquer pourquoi en développant l’idée suivante : la Salsa n’est que …

Read More »

Paris : la ville qui a inventé les Salsas cubaine et portoricaine

Pour consulter directement cet article, cliquez sur le lien suivant : PARIS Alors que la France était resté, jusqu’aux années 1970, relativement étrangère à la culture des caraïbes hispanique, Paris s’est aujourd’hui transformé en l’un des hauts lieux mondiaux de la danse et de musique afro-latine. Cet enracinement spectaculaire s’est …

Read More »

Dayeline Argota Alvarez : une jeune et talentueuse danseuse santiaguera s’installe à Paris

ImageLors de mes différents séjours à Santiago de Cuba, en 2010 et 2011, J'avais beaucoup apprécié les spectacles de danse du Conjunto Folklorico de Oriente (CFO) dans des registres aussi différents que la Tumba Francesa, l'afro-cubain ou le Vaudou Haïtien. L'une des danseuses que j'admirais alors s'appelait Dayeline Argota Alvarez. Une boule d'énergie, une flamme jaillissante, des gestes à la rapidité fulgurante, ...

Aussi, lorsque j'ai appris, à la fin de l'année 2012, que celle-ci venait s'installer en France à l'invitation de l'association Soy Cuba, j'ai immédiatement pensé à réaliser avec elle un grand entretien. D'abord pour lui souhaiter, à ma manière, la bienvenue dans notre pays. Ensuite, pour faire prendre conscience au public français de la chance que nous avons de compter parmi nous cette danseuse de talent, à la trajectoire déjà riche malgré sa jeunesse. Enfin, pour découvrir avec elle le répertoire du CFO qu'elle a interprété comme membre du corps de ballet et comme danseuse soliste.

C'est ainsi que j'ai rencontré Dayeline à Malakoff, où elle habite et enseigne aujourd'hui. C'est une charmante jeune femme d'assez petite taille, aux traits fins de mulâtresse à la peau claire. Dans la conversation, elle dégage, malgré la vivacité et la spontanéité de ses réparties, un charme et une douceur toute féminine. Etait-ce-ce bien la même personne que la danseuse explosive que j'avais vu sur scène une année plus tôt ? Eh bien oui, et elle m'a entraîné dans une passionnante visite guidée de la scène culturelle Santiaguera, vue depuis les coulisses...

Je vous livre ici la transcription de nos entretiens, illustrée de nombreuses vidéos de danse.

Read More »

Juan Teodoro Fiorentino : Transformer le fait folklorique en objet artistique

Chorégraphe du Ballet Folklorique Cutumba, Juan Teodoro Fiorentino est l'une des figures artistiques les plus respectées de la danse afro-cubaine à Santiago de Cuba.

Je l'ai rencontré à la fin juillet 2011, pendant le Carnaval de Santiago, en compagnie de Fabien Figueres et d'un groupe de Salseros toulousains de passage dans la ville.

Nous sommes allés le voir chez lui, une belle maison située à deux pas de l'avenue Garzon où la fête battait déjà son plein.

Notre entretien - ou plutôt sa conférence-spectacle - a d'ailleurs été interrompu à plusieurs reprises par la musique des cumparsas et des tambours qui passaient dans la rue, devant ses fenêtres.

Read More »

Obini Bata : quand les tambours deviennent femmes

Obini Bata est un groupe folklorique afro-cubain dont la particularité est d'être composé uniquement de femmes.

il anime notament les soirées du vendredi au musée-temple des Orishas à La Havane par ses spectacles vivants et hauts en couleurs.

De passage dans la capitale cubaine l'été dernier à l'occasion du tournage d'un film documentaire sur un autre grand danseur d'afro-cubain, Domingo Pau, notre ami Fabrice Hatem a pu rencontrer par son intermédiaire la chorégraphe Eva Despaigne, directrice de ce groupe.

Il en a ramené une interview et un reportage vidéo qui raviront surement nos amies les salseras féministes.

Read More »

A la source de la Salsa cubaine : La Rueda de Casino par ceux qui l’ont créée

 Comme vous le savez sans doute, la Salsa cubaine est l’héritière directe d’une danse née à la Havane à la fin des années 1950, la Rueda de Casino.

Lors de son dernier passage à Cuba, à l’été dernier, notre ami Fabrice Hatem a pu rencontrer les créateurs de cette danse, aujourd’hui regroupés dans le cercle dit « des Fondateurs de la Rueda », et qui animent notamment, entre autres activités, les soirées de Salsa du Restaurant 1830 à La Havane.

Il les a longuement interviewé et a tiré de ces entretiens un texte de synthèse sur les origines et l’histoire de la Rueda de Casino, que nous avons le plaisir de vous présenter ici.

Read More »