meta name="yandex-verification" content="0292335b6d29932d" />

Approfondir

Desnudate mujer

ImageL'œuvre

C'est en 1987, deux ans après avoir quitté l'orchestre La Primerisima de Tommy Olivenca et débuté une carrière de chanteur soliste, que Frankie Ruiz enregistre son second album solo Voy pa'Encima.

Y figure notamment, aux côtés d'autres thèmes mémorables comme Quiero Llenarte, Si No te Hubieras Ido, Imposible Amor ou Voy Pa' Encima, une chanson de Valter Pulignano, Desnudate Mujer. Son thème assez cru et direct - un homme désirant une femme lui enjoint de se mettre nue afin de passer à l'acte et de vérifier si ses talents amoureux sont à la hauteur de son art de séductrice - est assez éloigné de ceux des Salsas romantique chantées par Frankie Ruiz au début de sa carrière, comme La Rueda.

Mais le public semble apprécier, et cette chanson, comme le reste de l'album, va remporter un très grand succès qui vaudra cette année-là à Frankie Ruiz l'octroi d'un « Disque de platine ».

Fabrice Hatem

Read More »

Decisiones

ImageL'oeuvre

Cette salsa écrite par Rubén Blades, avec des arrangements musicaux de Oscar Hernández, a été enregistrée dans l'album Buscando America en 1984. L'auteur y poursuit sa galerie de portraits des personnages du faubourg latino-américain, dans son style si particulier, tenant autant de la nouvelle ou de la série à épisodes que de la poésie chantée.

Nous voyions ainsi défiler devant nous en trois couplets, une jeune fille enceinte, un mari se préparant à casser la figure d'un voisin trop entreprenant avec sa femme, et un jeune ivrogne provoquant un accident de circulation mortel : bref, une chronique des faits divers du quartier sur un rythme de Salsa.

Fabrice Hatem

Read More »

De que estamos hablando

ImageL'oeuvre

Cette chanson de Timba a été composée par Elito Revé avec des arrangements de Pachi Naranjo et Andy Fornet. Elle a été enregistrée en 2010 par l'orchestre Elio Revé y su Charangon dans l'album éponyme avec Dagoberto Vázquez en voix principale.

Le texte, consacré à une auto - célébration de l'orchestre Elio Revé, présente l'originalité de mentionner le nom de plusieurs émiments salseros amis du groupe, cubains ou étrangers - dont le DJ français Jack el Calvo. Cette attention crée chez l'auditeur un sentiment de chaleureuse intimité avec l'orchestre tout en lui faisant prendre conscience de son appartenance à une sorte de réseau planétaire à taille humaine des amateurs de timba cubaine. C'est tout le phénomène de la globalisation culturelle et de la sociabilité en réseau des danseurs de salsa qui est ainsi décrit en quelques mots, beaucoup plus efficaces qu'une longue thèse universitaire. La musique, excellente, et l'énergie communicative du chanteur font le reste...

Fabrice Hatem

Read More »

De la Habana

ImageL'oeuvre

Cette timba a été composée par Paulito Pablo Alfonso Fernández Gallo « FG » et Juan Ceruto.

Elle a été enregistrée pour la première fois en 1997 par Paulito accompagné de son orchestre Paulito FG y su Elite dans l'album Con la conciencia tranquila, sous le label Fania.

Il s'agit d'un des plus grand succès de Paulito FG, que beaucoup d'habitants de La Havane connaissent par cœur et se sont approprié comme une sorte de second hymne national à la gloire de leur belle capitale.

Fabrice Hatem


Read More »

Controlate

ImageL'œuvre

Cette chanson de Timba a été écrite et composée par Benigno Echemenda. Elle a été enregistrée en 2005 par l'orchestre Aldalberto Alvarez y su Son dans l'album Mi Linda Habanera, avec la voix de Michel Gonzales.

Cette chanson est doublement originale :

- Par son thème : un amant victorieux s'adresse à son rival malheureux pour lui conseiller, en termes virils et emplis d'une menace voilée, de ne pas faire d'histoires et de passer son chemin s'il veut éviter les problèmes. C'est direct, vécu, authentique, et l'on se demande avec curiosité comment son interlocuteur va finalement réagir à cette humiliation.

- Par sa construction : le texte, très court, tout d'une pièce et non structuré en strophes, n'est pas suivi, comme généralement dans ce genre de musique, par une alternance entre couplets interprétés par le soliste et refrain repris par le chœur. La seconde partie du morceau est au contraire entièrement dédiée à des improvisations instrumentales, un peu à la manière du Jazz.

C'est d'ailleurs une magnifique improvisation au piano de la fille d‘Aldalberto Alvarez, Dorgeris Alvarez Balart, que je vous propose d'écouter dans une version « Live » de Controlate enregitrée à Stockholm en 2009 avec la voix d'Aldo Isidro Miranda.

Fabrice Hatem

Read More »

Chapeando

Image L'oeuvre

Cette chanson de Timba a été écrite par Juan Formell. Elle a été enregistrée avec la voix de Roberto Hernandez dans l'album Chapeando en 2004.

Son texte s'inscrit dans la tendance, perceptible depuis une quinzaine d'années déjà à Cuba, à un intérêt de plus en plus marqué pour les traditions religieuses afro-cubaines, désormais considérées comme l'une des expressions les plus authentiques de l'identité nationale. Un nombre croissant de Cubains de toutes origines sociales et ethniques pratique donc aujourd'hui les rites de la Regla de Ocha.

L'une des manifestations de cet engouement est la référence de plus en plus fréquente aux Orishas dans la chanson cubaine contemporaine : les personnages d'Obatala, Chango et Yemaya sont désormais devenus omniprésents dans la Timba.

Ecrite il y a presque 10 ans, Chapeando a sans doute joué un rôle précurseur dans ce mouvement. Son texte se présente comme une sorte d'hymne religieux construit sur la structure d'une Timba. Ceci peut être considéré comme une forme d'hommage aux racines africaines de la chanson cubaine. En effet, la seconde partie des Son Montuno - style dont est directement dérivée la Timba - est structurée par un dialogue entre le chanteur soliste enchaînant des couplets semi-improvisés et chœurs répétant de manière obsessionnelle un refrain. Cette structure est directement dérivée des chants africains et se retrouve notamment dans les chants religieux en l'honneur des Orishas. En ce sens, la Timba néo-rituelle Chapeando peut être considérée, sur un plan musicologique, comme un retour aux origines - une manière, en quelque sorte, de « boucler la boucle ».

Read More »

Chan Chan

Imagepour consulter la traduction de cette chanson, cliquez sur le lien suivant : Chan.

On ne présente pas Chan Chan, l'un des Son les plus connus du répertoire Cubain, et "hit" absolu de l'orchestre Buena Vista Social Club.

Composé en 1987 par Compay Segundo, ce texte assez récent est néanmoins profondément enraciné dans la culture et les traditions Santiaguera, tant par les noms les lieux qui y sont évoquées que par la référence à Chan Chan, un personnage mentionné dans une légende du XIXème siècle bien connue des habitants de la région, qui le décrit allant tamiser du sable sur la plage en compagnie de son amie Juanica.

Il est à peu près impossible, lorsque l'on se rend à Cuba, d'échapper, plusieurs fois par jour, à l'écoute de Chan Chan. Ce thème fait en effet partie du très petit nombre de chansons du répertoire cubain connues de la majorité des touristes, qui souhaitent l'entendre jouer sur place lors de leur séjour. Mais il est également très cher au cœur des cubains eux-mêmes. Dans une interview donnée peu de temps avant sa mort, Compay Segundo disait que lorsque les enfants le rencontraient dans les rues de son quartier à Santiago de Cuba, ils se mettaient spontanément à lui chanter le refrain de la chanson.

Read More »

Caretas

ImageL'œuvre

Cette Salsa a été initialement écrite en portugais par Roberto et Erasmo Carlos. Elle a été ensuite traduite en espagnol par Tite Curet Alonso et enregistrée en 1987 par Ismael Miranda dans son album Por El Buen camino.

Nombreuses sont les chansons de Salsa - engagées ou non - qui abordent le problème de la drogue. Certain chanteurs ont été eux-mêmes de grands toxicomanes et ont abordé ce thème dans leurs chansons. Frankie Ruiz, dans La Cura, évoque de manière un peu cryptique les souffrances occasionnées par ses cures de désintoxication, apparemment présentées comme la tentative de guérir un chagrin d'amour. Chéo Féliciano, après avoir réussi, au prix d'atroces souffrances, à se désintoxiquer, a ensuite activement soutenu les mouvements anti-drogue qui l'avaient aidé à se tirer d'affaire. Les personnages de jeunes drogués sont présents dans plusieurs chansons de Rubén Blades, comme Amor y Control.

Ismael Miranda prend ici un ton direct et militant pour conseiller aux jeunes de s'éloigner de ce fléau, en décrivant de manière saisissante les ravages provoqués par l'addiction.

Fabrice Hatem

Read More »

Busca lo tuyo (que pena me da)

ImageL'œuvre

Busca lo tuyo (également parfois appelée Que pena me da) est une salsa composée par Eddie Palmeri (voir photo ci-contre).

Elle a été enregistré pour la première fois en 1968 par Cheo Feliciano, accompagné par l'orchestre de Eddie Palmieri, dans l'album Champagne.

Bien qu'il s'agisse d'une salsa par son instrumentation (piano, forte section de cuivres) et par son rythme très soutenu, sa structure générale est extrêmement proche de celle d'un Son montuno.

Cette forme intermédiaire constitue un témoignage très intéressant du processus de gestation qui conduisit progressivement, au cours des années 1960, à l'invention du style « Salsa » à partir des formes du Son Montuno amené un peu plus tôt aux Etats-Unis par (entre autres) Arsenio Rodriguez. Celui-ci influença fortement de jeunes musiciens latinos de l'époque, comme Larry Harlow, Johnny Pacheco et Eddie Palmeri, qui allaient bientôt devenir les inventeurs de la Salsa.

Fabrice Hatem

Read More »

Borinquen Tiene Montuno

ImageL'œuvre

Cette salsa a été composée par Ismael Miranda et enregistrée par le chanteur dans son album In fa menor en 1974.

Il s'agit d'un hommage au Son cubain ou le compositeur portoricain exprime sa fierté de savoir maîtriser les secrets de ce style musical.

Cette chanson présente d'importantes difficultés de traduction, car l'auteur y a introduit de nombreux termes dialectaux, des jeux de mots et des références à divers événements de sa vie. La connaissance parfaite de tous ces éléments est nécessaire pour comprendre le sens de nombreux vers.

Ismael Miranda reprendra ensuite ce tire à de nombreuses reprises, notamment dans l'album El compositor que canta, enregistré en 1978, et dans de nombreux concerts, comme encore dernièrement à Boston en 2008.

Fabrice Hatem

Read More »